Business Magazine interview Philippe de Beer, CEO Park Lane Properties

Retour

« L’investissement dans les espaces commerciaux plus attractif quand dans le résidentiel »

BM : Quel regard jetez-vous sur l’évolution du secteur immobilier depuis le début de l’année ?
PDB : "Le marché de l’immobilier local reste très actif. Tout d’abord parce que l’accès à la propriété pour une classe moyenne émergente reste un de leur premier objectif avec l’accès au crédit reste relativement attractif. Ensuite parce qu’à Maurice, la terre et la pierre ont toujours été des valeurs d’investissements sûres.

Nous continuons à avoir une forte demande en acquisition de terrains, d’appartements, mais aussi une reprise d’intérêt pour des maisons pour une clientèle qui n’a pas toujours le courage de se lancer dans un projet de construction. Nous avons aussi noté un regain d’intérêt pour l’achat d’espaces bureaux ou commerciaux comme pur investissement avec retour locatif et nous avons des belles offres avec locataires existants pour répondre à cette demande qui progresse. Les retours sur investissement liés à l’achat commercial restent souvent plus attractifs que l’investissement dans du résidentiel.

Par ailleurs, de plus en plus de compagnies nous sollicitent pour la vente de leurs propriétés commerciales ou industrielles dans le cadre de restructuration ou de fusions et il y a ainsi des belles opportunités à saisir pour d’autres entreprises en plein développement."

BM : L’immobilier de prestige semble toujours avoir les faveurs d’une clientèle de plus en plus exigeante. Qu’est ce qui explique cette tendance ?

PDB : "Comme partout dans le monde, l’immobilier de prestige trouvera toujours son lot d’acquéreurs. Dans certains programmes de prestige que nous commercialisons, ce sont souvent les plus belles unités et celles qui sont les plus chères qui se vendent en premier. C’est une tendance qui se retrouve à travers le monde entier d’ailleurs.

A Maurice, les petits programmes bien situés et offrant des prestations haut de gammes ne tardent pas à se vendre, avec une clientèle effectivement qui est très exigeante sur la qualité mais aussi sur les délais de livraison des programmes. Les acquéreurs dans le segment luxe sont des acquéreurs avisés, qui ont l’expérience de l’achat immobilier, et qui a ses exigences et c’est légitime. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous sélectionnons avec soin les programmes que nous commercialisons et que nous accompagnons nos acquéreurs tout au long de la construction quand il s’agit d’achats sous plans."

BM :Quels sont les défis qui attendent le secteur immobilier dans les années à venir ?
PDB : "Un des plus grands défis sera d’assurer Une croissance avec des plans d’urbanisme réfléchis et une architecture bien conçue pour éviter des développements qui deviendront des « eye sores » dans les années qui viennent. Il devient tellement important que le développement immobilier de notre île, que nous ne pourrons empêcher, se fasse avec harmonie, urbanisme, en respectant notre environnement."


BM : Outre l’achat et la vente, quels sont les autres services offerts par votre agence ?

PDB : "La location de biens résidentiels, la location de biens commerciaux (espaces bureaux etc.) et bien entendu la vente de biens professionnels (bureaux, espaces commerciaux, propriétés industrielles)."

BM : Comment-se porte le marché de la location de biens de prestige ?
PDB : "Il représente plus de 40% de notre chiffre d’affaire et suit cette proportion depuis plusieurs années. De nombreux professionnels continuent à être séduit par la destination mauricienne comme destination d’affaire et nous continuons à accompagner de nombreux professionnels et de nombreuses familles dans leurs expatriation à Maurice, leurs locations résidentielles mais aussi les locations d’espaces bureaux pour ces entrepreneurs qui viennent installer les opérations dans notre ile."